Une exposition collective temporaire à Joyeuse

Les 5 professionnels de la pépinère exposent pour l’été dans un musée local, le musée de la Chataigneraie de Joyeuse. Ce musée, qui est clasé parmi les plus fréquentés d’Ardèche, leur a fait une petite place dans ses magnifiques locaux, afin qu’ils présentent leur travail, chacun leur tour, se relayant sur des périodes de deux semaines.

 AfficheA3.jpg

Commentaires

Les initiateurs et partenaires du projet

Le site de Proximité Amesud, organisme chargé des questions d’emploi et de création d’activités sur 5 cantons du Sud-Ardèche, a initié et porte, en phase d’expérimentation, le projet.

Commentaires

Comment le projet se met-il en place ?

A.              Phase de préfiguration

L’expérience montre que le projet ne prendra forme que s’il est relayé par les artisans d’art eux-mêmes. Il est donc prévu une phase de préfiguration, ayant pour objet :
-         de réunir des professionnels des métiers d’art en recherche de locaux, désireux de s’investir dans une démarche collective
-         de mobiliser l’avis et l’aval de plusieurs professionnels installés et reconnus sur le territoire, afin qu’ils parrainent le projet
-         de créer un comité de pilotage de l’action
-         de tester le projet avec les professionnels réunis dans des locaux temporaires, afin d’en apprécier les conditions de réalisation,
 
Cette phase de préfiguration durera de 12 mois Elle nécessite des moyens financiers relativement modestes, dans la mesure où les locaux utilisés ne nécessitent pas d’investissements.
A l’issue de cette phase de test, le groupe porteur de projet sera en capacité de définir la suite du projet :
-         structure juridique adaptée
-         fonctionnement du lieu (règlement intérieur)
-         ressources humaines nécessaires
 

B.               Création du lieu unique

 
a-      pépinière :
v     un lieu de production commun pour des professionnels des métiers d’art (ayant un statut : entreprise individuelle, société, salarié d’une coopérative d’emploi),
v     un lieu de production temporaire (2 ans maximum) permettant de tester et de développer son activité
b-     doté d’un volet administratif et de suivi d’entreprise
c-      avec une vitrine des productions des artisans d’art
d-     lieu de rencontre entre les professionnels et avec des parrains/aînés (autres professionnels installés)

Commentaires

Pourquoi une Pépinière des Métiers d’Art en Sud-Ardèche ?

« Trait d’union entre le passé et le futur, l’esprit et la main, l’esthétique et la fonction, les métiers d’art fondent un des socles essentiels de notre patrimoine culturel. Représentant plus de 20 000 entreprises auxquelles s’ajoutent celles du bâtiment et les P.M.E, ils constituent un pôle important de l’économie . »

Cette définition convient bien à la réalité de notre territoire sud-Ardèchois : les artisans d’art y sont fortement représentés, même si leur identification n’est pas aisée. En effet, si la liste des métiers d’art, parue en décembre 2003 crée une certaine forme de fédéralisme au sein de cette profession, elle ne rend pas moins complexe le recensement des professionnels : certains, les artisans, relèvent de la Chambre des Métiers, d’autres dépendent de la Maison des Artistes, ou bien encore des professions libérales.

Ces professionnels pourtant eu diverses occasions de se rencontrer, et de coopérer en Sud-Ardèche, lors du Forum des Métiers d’art, entre 2000 et 2003 à Aubenas, et plus récemment à l’occasion du concours des Tables Dressées, initié par l’association du Salon Gourmand de Joyeuse.

Malgré cela, force est de constater que nombre de ces professionnels ont des difficultés pour vivre de leur métier. Certains ne s’officialisent d’ailleurs jamais. Plusieurs raisons expliquent ces difficultés :
- Les artisans n’ont pas de locaux adaptés à leurs besoins,
- Ils n’ont pas de lieu de commercialisation clairement identifié
- Le marché local n’est pas toujours suffisamment important pour être rémunérateur, et les professionnels n’ont pas les ressources humaines et financières pour prospecter à une autre échelle
- Ils n’ont pas tous les compétences en gestion d’entreprise

A toutes ces difficultés, on peut opposer une solution : l’appréhension collective du problème, par la mise en place d’un lieu unique :
- de création d’objets d’art (atelier collectif)
- d’officialisation d’artisans d’art (pépinière)
- de vente, de démonstration (boutique)
- de gestion d’activités d’artisanat d’art (groupement de services aux entreprises)
- de mutualisation des ressources humaines (commercialisation par exemple), d’outils de production,
- de fédération autour des métiers d’art (lieu de débat, de recherche)

Commentaires

Commentaires

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr. Ceci est votre premier post. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer !
Des questions ? Visitez les forums d’aide !

Comments (1)

abdelilah bedroune |
Miss Lolo |
ACTUALITE AJSF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stratégie & Développement
| AE Bonne Conduite
| The World Is Mad !